Je reviens de 7 jours en forêt primaire et je voudrais vous faire partager mon expérience de la beauté des lieux !

Je suis parti seul, en autonomie, dans une forêt pluviale tempérée de Colombie Britannique. Un des treks réputé les plus sauvages d’Amérique du Nord. Ce que j’y ai vu m’a laissé pantois. Une “jungle” des plus épaisse où il pleut 320 jours par an.
L’endroit est tellement sauvage que l’homme n’y a encore jamais exploité le bois.

West Coast Trail West Coast Trail West Coast Trail

Des arbres millénaires, par forêts entières, dont les plus gros sujets montent jusqu’à 80 mètres pour 5 mètres d’envergure! La densité de la végétation laisse alors apparaître quatre à cinq étages différents.
Les arbres géants, morts, mettent plusieurs centaines d’années à se décomposer. D’autres adultes poussent par dessus. Il y a là un spectacle avec une densité de vie que je n’avais jamais vue auparavant.
En écoutant les arbres, j’ai pu saisir l’espace d’un instant, la musique et le rythme de la forêt. Cette expérience m’a laissé sans voix. La beauté et la complexité de cet écosystème, si harmonieux, m’a laissé la sensation d’avoir devant moi une bibliothèque du vivant.

Alors que je méditais, j’ai pu expérimenter un état d’être particulier en entrant en relation avec le règne végétal.
Il m’a semblé y avoir là un outil précieux pour mieux me comprendre et acquérir une sagesse du vivant.

J’ai eu l’impression que ces immenses grands-pères murmuraient une mélodie, ou plutôt une symphonie que nous pouvions à peine comprendre en tant qu’espèce humaine.
J’ai eu cette sensation profonde que l’homme est "un enfant qui joue avec son monde", sans du tout comprendre ce qui se vit autour de lui. J’ai eu cette intuition profonde que nous passions à côté de tout un aspect de la réalité, que la culture occidentale a choisi d’ignorer.
Nous avons "juste" oublié toute la sagesse que peut nous enseigner la nature. Nous sommes l’espèce animale comme les arbres sont l’espèce végétale la plus évoluée.
En tant que frères d’évolution, il est évident que nous avons à apprendre l’un de l’autre. Apprendre du subtil, du rythme, de la relation, de l’esprit. Je vois que la communauté scientifique étudie de plus en plus le végétal, avec des découvertes qui révolutionnent actuellement la biologie.
Je souhaite que l’esprit humain puisse un jour étudier ces espaces plus attentivement. Avec une approche énergétique, encore inexploitée, par exemple. Pourquoi pas "en travaillant notre esprit" auprès de ces géants... Puissions nous nous laisser inspirer par leur sagesse millénaire.